Pour durer
construire-en-terrain-argileux-la-reglementation-et-les-bonnes-pratiques
15 Juillet 2021

Sols argileux, sécheresse et construction

Partager

Fortes sécheresses, pluies diluviennes, tempêtes, tornades, hiver doux… Les événements climatiques extrêmes tendent à être plus violents et plus fréquents. Indéniablement, le dérèglement climatique est une réalité que nous observons depuis quelques années déjà et qui devrait s’accentuer à l’avenir.

Les effets du dérèglement climatique sont palpables sur l’hydrométrie des sols et particulièrement des sols argileux où le phénomène de retrait-gonflement des argiles est encore plus exacerbé. Principales victimes de ce phénomène ? Les maisons individuelles, du fait de leur structure même (légère et peu rigide, fondations superficielles) . Et les dommages occasionnés peuvent prendre plusieurs formes : fissures en façade, dislocation des dalles et des murs, etc.

En 2020, les sinistres occasionnés par les événements liés à la sècheresse ont coûté entre 1 et 1,2 milliards d’euros et ont représenté les trois quarts de la facture totale des sinistres selon le rapport annuel de la Caisse centrale de réassurance (CCR). « Les coûts liés à la sécheresse ont beaucoup augmenté ces dernières années. Ils représentent en moyenne la moitié des sinistres, contre un dixième par le passé », explique Bertrand Labilloy, directeur général de la CCR.

Pour prévenir des risques, l’AFNOR (pour Association française de normalisation) a publié un nouveau NF DTU 13.1 en septembre 2019 qui concerne la mise en œuvre des fondations superficielles et semi-profondes des bâtiments et qui demande la réalisation d’une étude géotechnique de conception en phase projet pour les ouvrages de catégorie géotechnique 2 ou plus, soit une mission de type G2 PRO minimum comprenant la prescription de principe constructifs en fonction de la nature du sol. En effet, depuis la promulgation de la « loi ELAN » le 24 novembre 2018, la réalisation d’une étude géotechnique préalable à la construction des maisons individuelles est devenue obligatoire à compter du 1er janvier 2020 dans les zones exposées au phénomène de mouvement de terrain différentiel consécutif à la sécheresse et à la réhydratation des sols. La « loi ELAN » a pour ambition de faciliter la construction de nouveaux logements et de protéger les plus fragiles. A ce sujet, le gouvernement propose aujourd’hui une plaquette illustrée pour expliquer le contenu et la portée de cette loi au travers d’images et d’infographies. 

A découvrir sans plus tarder !

 

Toujours mobilisés, nous avons la solution pour palier à ces risques : notre Offre VS !